Aïe !

Aïe !


Mercredi dernier, comme tous les mercredis ou presque, je suis allée rendre visite à mon grand-père. Arrivée sur le parking de la maison de retraite, j’ai fourré à la hâte, tout le bordel que mon mini sac avait dégueulé sur le siège passager et me suis extirpée non sans peine de ma voiture inexplicablement collée-serrée à sa voisine. Je m’apprêtais à libérer mon Rat qui commençait à perdre patience dans son siège auto quand, j’ai entendu le bruit sourd d’un objet tombé à terre… Plus ou moins habituée à ce type d’accident et persuadée qu’il s’agissait une fois encore de mes clés ou de mon livre, je n’y ai pas prêté une grande attention. Une fois mon fils hors de l’habitacle, je m’en suis retournée ramasser ce qui avait chu et me suis rendue compte que c’était mon téléphone qui s’était fait la belle et venait de lamentablement s’écraser face contre sol. Bitume vainqueur par KO. Feu l’Iphone.

 

MÊME PAS MAL.
Il y a quelques années, alors que mon amoureux et moi partions nous promener, nous nous étions faits rincer par une pluie diluvienne qui avait coûté la vie à nos Iphone respectifs, pourtant restés à l’abri dans nos sacs (censés être imperméables). Les faire macérer dans un sachet de riz ne les avait pas miraculeusement ramenés à la vie, nous contraignant l’un et l’autre à devoir en changer. J’en avais été à l’époque plutôt contrariée. À l’inverse, et contre toute attente, la chute de mercredi dernier ne m’a pas énervée le moins du monde. Certainement, parce que, depuis que je possédais cet Iphone, Apple avait dû sortir aux moins six nouveaux modèles et qu’en tout état de cause, l’obsolescence programmée me pendait au nez. Ensuite parce que je n’en pouvais plus de lire « Votre espace de stockage est plein. Vous pouvez libérer de l’espace en gérant votre stockage dans le menu Réglages » à chaque fois que je tentais de prendre une photo. Enfin, parce que ma ligne était détenue par mon amoureux et qu’à un moment il allait falloir que je m’émancipe ! Ces 3 facteurs réunis me faisaient dire que la vie n’était finalement pas si mal faite.

 

JE VOUS PARLE D’UN TEMPS…
Sauf qu’il aurait fallu que la vie décide de décaler un peu son programme, parce que chercher à joindre un opérateur à 19h, veille de l’ascension pour commander un nouvel appareil, c’est comme demander à Babin d’ôter le caleçon de son pantalon avant de les mettre au sale : c’est peine perdue.
Il me fallait donc rapidement trouver une autre solution pour que je ne me retrouve pas totalement isolée du monde les jours à venir. Par chance, j’avais à la maison l’ancien téléphone de Papa. Un Samsung à clapet, absolument increvable, avec lequel il est impossible d’envoyer le moindre TEXTO (de 160 caractères maximum) si on n’a pas au minimum 4 minutes devant soi pour le taper. Ici, pas d’application qui compte tes pas, pas de mail non plus, pas d’écran tactile évidemment, pas de conversation SMS, pas de météo, pas de push France Info : RIEN! Rien, à part, petite révolution de l’époque, un « appareil photo » qui ne pourrait aujourd’hui même plus porter ce nom! L’espace d’un instant, avec ce truc entre les mains, je suis revenue à mes 20 ans… voire mes 18 … avant de me sentir sentie affreusement vintage d’avoir comme madeleine de Proust un téléphone qui mériterait de se retrouver sous cloche, dans un musée.

 

I’M SO HYPE
Il n’empêche que depuis, c’est non sans fierté que je trimballe mon mini téléphone qui ne fait rien que téléphoner et que je ne crains ni de voir tomber ni de savoir entre les mains de mon Rat (qui ne s’y intéresse pas le moins du monde, allez comprendre pourquoi). Je vais même vous dire mieux : je suis sûre que dans quelques années, tout le monde reviendra à ces bons vieux modèles et que les smartphones seront ringards au possible. Alors, évidemment, actuellement, on me regarde un peu avec des yeux de merlans frits quand je sors mon antenne et je crois même déceler de temps à autres, quelques sourires moqueurs… Tant pis, avec mon Samsung à clapet, je me sens un peu à l’origine d’un prochain phénomène de que personne n’est encore prêt à suivre… mais quêtez bien : les téléphones à clapet, c’est comme les autruches : un futur must-have.

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

Gynéco Party

New Me

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories