Corona Quiz

Corona Quiz


Ça envahit nos journées, ça bouffe nos nuits. Quoi qu’on fasse, quoi qu’on se dise, ça passe en boucle dans nos esprits. Les alertes polluent nos téléphone, internet est saturé, le corps médical épuisé, les rayons se vident, la peur grandit mais, dommage, pas aussi vite que le sens des responsabilités.

 

QUESTION POUR UN CHAMPION
Ainsi, certains imaginent que l’attestation de sortie est l’antidote du coronavirus (attention scoop : c’est une fake news). D’autres pensent qu’ils sont trop jeunes, trop forts, trop intelligents certainement pour l’attraper et se foutent bien du confinement. D’autres enfin, plus cons encore, se disent que de toute façon, il faut bien mourir de quelque chose.
À ce stade de la lecture, la question est : à qui revient la palme ?

 

LES Z’AMOURS
Pendant ce temps-là, des familles sont forcées de passer 24h/24 ensemble, entassées dans leur 50m2. Elles qui ne se croisaient que quelques heures par jour sont désormais en vase clos, coincées. Les mères se tirent les cheveux et essayent de faire classe à leurs mioches alors qu’elles n’ont pas posé de division depuis 25 ans et que le complément circonstanciel d’accompagnement n’existait pas à leur époque.
Les pères, eux, s’enferment dans une chambre pour essayer de travailler, mais, entre ceux qui chougnent, ceux qui râlent et celle qui crie, c’est pas gagné.
À ce stade là, de la lecture, la question est : y a-t-il plus de personnes qui attendent la fin du confinement pour se faire un bringue magistrale ou pour pouvoir lancer une procédure de divorce ?

 

LA FERME DES CÉLÉBRITÉS
Au même moment, encore, certains s’interrogent sur ce qu’il est possible de faire sans prendre de risque ni en faire prendre aux autres. Se balader : non. S’aérer : oui, mais pas loin, pas longtemps. Ah… Où termine le près et où commence le trop longtemps… On ne sait pas. Du coup, à chacun d’apprécier. Autant dire que c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres. À tel point, qu’on a été obligés de fermer les parcs, boucler les berges, verrouiller les quartiers. Malheureusement, il reste encore les parkings et comme la météo est clémente, on serait bien bêtes de ne pas se regrouper autour d’un barbecue géant, hein ?
À ce stade là, de la lecture, la question est : Mais pourquoi sommes-nous si cons ?

 

LOFT STORY
Et chez nous, à la maison, c’est comment ? Bah, c’est étrange. Déjà, depuis 2 jours, on ne court plus après le temps… Fini la rigueur militaire du réveil à 6h et les opérations millimétrées, chronométrées. Fini la routine métro-boulot-dodo. Fini les « miracle mornings » où la demie-heure de corde à sauter quotidienne sert à se passer mentalement la journée pour tout prévoir et ne rien oublier.
FI-NI.
Ici, tout est sans dessus-dessous. Je me couche à minuit (ceux qui me connaissent, savent), je dors une nuit complète sans me réveiller (malgré le litron de tisane que je m’enfile au coucher), je me lève (presque fraiche et) reposée, je sors de ma douche à 11H30, je crois que je râle moins… bref, à J+2, c’est déjà n’imp.

Le quotidien se veut plus doux, mais, on est toujours stressés. Pas pour les mêmes raisons, certes, mais stressés quand même. D’ailleurs, je ne sais pas qui de mon amoureux ou de moi l’est le plus. Lui, ne veut plus passer le portail de la maison même pour récupérer le courrier, il a toujours une lingette javellisée dans une main et son portable dans l’autre avec un article du monde affiché dessus. Moi, j’essaie désespérément de faire des courses mais les drives sont saturés, les stocks épuisés et à chaque fois j’appuie sur le bouton « commander » un message d’erreur m’annonce qu’il faut tout recommencer. Je fulmine, je rage, je sature.
J’appelle mes parents 10 fois par jour. Je les flic pour m’assurer qu’ils ne mettent pas le pied dehors : « oh mais enfin ! Juste pour le pain ! » ! Non, ni le pain, ni le saucisson, ni rien ! Ils m’épuisent à distance.

Entre tout ça, je flippe. Je flippe pour mon grand-père de 97 ans, coincé dans son ehpad depuis des semaines sans voir personne. Je flippe pour notre boulot (deux indépendants sous un même toit, en période de corona, c’est pas rassurant). Je flippe que le confinement dure plus que 15 jours (oui, je SAIS : ca va durer plus que 15 jours mais prière de préserver un tant soit peu ma santé mentale et de me laisser faire l’autruche). Je flippe que le beau temps s’en aille et que le jardin ne soit plus une solution pour s’aérer. Bref, je flippe d’à peu près tout, alors, j’essaie de m’occuper.

Mais à ce rythme, bientôt, je n’aurai plus de lessive en retard, la voiture aura été aspirée, la véranda rangée, le jardin nettoyé, la maison astiquée. Bientôt, j’aurai suivi tous les cours de Mohamed sur Gym Directe, mon dos sera coincé et mes jambes trop courbaturées pour continuer. Bientôt, je me serai enfilée la cave entière (et ça, ça arrivera certainement en premier). Bientôt, je me serai improvisée maitresse d’école, cantinière, coiffeuse, costumière. Bientôt, j’aurai fini mon livre. Bientôt, je ne saurai plus si la télé et les infos me donneront une dose d’espoir ou une nouvelle bouffée d’angoisse.
Bientôt, nous dit-on surtout, tout sera terminé, tout sera derrière nous et tout sera à recommencer.

À ce stade de la lecture, la question est : mais putain, c’est quand bientôt ?

 

Illustration : P. Bagieu <3

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

Gynéco Party

New Me

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories