Destination Summer 2022


D’habitude, à la mi avril, les vacances d’été sont bouclées depuis belle lurette. Cette année, il n’en est rien : on a rien, sauf les dates (et encore). Ce n’est pourtant pas faute d’avoir cherché ! Le nombre d’heures de recherche cumulée sur le sujet, est à faire pâlir les scientifiques de Sanofi lorsqu’ils étaient en quête d’un vaccin contre la COVID. Et si demain « Question pour un champion» en vient à demander la liste exhaustive des villes desservies par Easy Jet depuis Lyon, j’ai toutes les chances de répondre en un temps record.
Bref, vous l’avez compris, en 2022, les vacances d’été c’est pas gagné.
La question est : Pourquoi : il vient d’où le problème ?

HYPOTHÈSE N°1 : NOUS SOMMES DES GOSSES DE RICHES.
Alors, oui, certainement un peu, mais finalement pas tant que ça. On a des envies (et des non- envies aussi) mais on a encore la valeur des choses. C’est peut être bien là, la cause de mon embarras. Balancer 3 000 balles pour partir en Sardaigne et vivre 15 jours dans un appartement miteux des années 60 à la décoration douteuse, très peu pour moi. À ce prix là, sachez quand même que le-dit appartement n’a pas l’ombre d’un extérieur. Et quand je dis « extérieur », entendons-nous bien : je ne parle pas d’une terrasse ni d’un roof top. Non, non, juste de 5m2 de balcon, histoire de savoir que je pourrai fumer une clope (que je ne fumerai jamais) avec mon Spritz (que je boirai volontiers, lui) en rentrant de la plage. Et même la mini vue sur mer qu’on me promet si je me tords le cou en regardant depuis le fenestron de la salle de bain, ne réussira pas à me convaincre d’y laisser cette somme.


HYPOTHÈSE N°2 : JE SUIS CHIANTE.
Alors, oui, certainement aussi. Mais cette année, l’idée c’est de l’être avant de partir et pas une fois arrivée à destination. Je m’explique : il y a trois ans, nous avions choisi la Sicile. Direction la mini ville Aci Castello, à quelques kilomètres de Catane. Pourquoi avions-nous échouer là-bas, j’avoue que c’est encore un mystère. Passons. Le fait est que je n’y avais pas passé 48h, que je cherchais déjà un vol retour. Pourquoi ? Avec le recul, je ne sais plus trop. Peut-être à cause de la chaleur accablante (en même temps, la Sicile en Juillet, fallait quand même s’y attendre). Peut-être à cause de la plage de rochers pleins de crabes qui rendait très inconfortable la douce perspective d’après-midi bronzette. Peut-être parce que l’on avait misé sur les transports en commun siciliens pour visiter l’île et que ce n’était pas notre meilleure idée. Qui n’a jamais emprunté leur réseau, ne peut décemment plus jamais se plaindre des TCL ni de la SNCF. Parce qu’en Sicile, les bus et les trains passent … ou ne passent pas. Jamais. Je rappelle à ceux qui ne connaissent pas l’anecdote, que l’arrêt de bus situé au pied de notre maison n’était plus en service. Il va sans dire que cela n’était mentionné nulle part, sans quoi nous n’y aurions pas fait le pied de grue – sous 40 degrès – trois fois consécutives. Cela aurait pu durer longtemps encore, mais heureusement, une âme charitable a fini par nous remarquer et nous a indiqué le nouvel arrêt, à quelques pas de là : arrêt, matérialisé par un bout de carton à pizza collé sur un arbre… Avouez qu’il fallait quand même être du coin pour le savoir.
Donc désormais, pour éviter les crises de nerfs à répétition, je me renseigne sur la tronche des plages et m’enquiers de savoir comment le patelin est desservi par les transports en commun, avant de m’y aventurer.

HYPOTHÈSE N°3 : JE NE SUIS PAS LA SEULE À ÊTRE CHIANTE.
Ce n’est pas ultra faux non plus. Dans notre famille, nous sommes 5, dont une ado de 17 ans. Aussi, le mode dortoir, pour nous, c’est terminarès. On a besoin « d’intimité », sans quoi, à tout moment, on peut menacer de ne pas partir en vacances avec nous (ou faire la gueule pendant 15 jours). Il nous faut donc 3 chambres. Rien qu’avec ce critère, tu perds 70% de l’offre de locations saisonnières et prends 40% de budget dans la tronche.
Autre requête : il faut partir à l’étranger (parce que c’est bon, la France, ça fait deux ans qu’on la parcourt).
Privilégier aussi un coin dans lequel on ne se rende pas en voiture et où l’on n’a pas besoin de voiture.
Ah ! Et pas de camping, non plus, merci. On a bien tenté l’année dernière mais les 3 jours en mobil home n’ont définitivement pas remporté les faveurs de la famille.
On évite aussi les résidences de 569 logements remplis de touristes en transe (ou en claquettes chaussettes).
Des doléances comme celles-ci, j’en ai des dizaines d’autres, mais rien que celles-là permettent de comprendre mon désarroi et ma difficulté à trouver la perle rare.


HYPOTHÈSE N°4 : JE N’AI PAS LE GOÛT.
C’est triste mais je crois que c’est vrai. J’ai pas/plus envie de chercher (dit celle qui a quand même passé la vie des rats sur Air B and B, Easy Jet, Abritel, Voyages privés, Booking et j’en passe, ces dernières semaines).
Je l’avoue, cette année, ça me gave. D’abord, je ne sais même pas où j’ai envie d’aller. Enfin si, je sais. Moi, j’aurais bien aimé la Bretagne, mais bon… après Oléron l’an dernier, j’ai grillé mon crédit de vacances relou pour les 10 prochaines années… Quand je pense que certaines mères arrivent à faire passer l’idée des Châteaux de la Loire, ça me laisse admirative.
Je sais pas/plus où chercher. Là, je crois que je voudrais juste que l’on trouve pour moi (et qu’on ne se plante pas évidemment, because hypothèse n°2). Et encore, je suis certaine que j’aurais à redire sur un truc : la destination, la maison, la gueule des draps… (Il semble que l’hypothèse N°2 soit méchamment en passe de se vérifier).


RÉSOLUTION DU PROBLÈME : REFILAGE DE PATATE CHAUDE.
Alors voilà, puisque les gens sont joueurs et que les concours sont à la mode, j’en lance un qui vaudra à celui ou celle qui le remporte, ma reconnaissance éternelle (c’est quand même pas rien) : trouvez-nous une location (maison avec petit extérieur ou appartement avec terrasse ou mini balcon) possédant minimum 3 chambres, située à l’étranger et accessible en vol direct depuis Lyon, à proximité de la mer (ou dotée d’une piscine 3 boudins, si la mer c’est vraiment trop galère…) dans une ville bénéficiant d’un réseau de transports en commun fonctionnel et qui ne coûte pas 500 balles la nuit. Proposition en Tunisie ou au Maroc, s’abstenir.
C’est à vous. Bien le merci.
(PS : si vous avez un bon plan en Bretagne, je prends aussi… à un moment, faudra bien se décider à aller quelque part, non ?)

Illustration : P.Bagieu

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

New Me

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories