Happy mother’s day !

Happy mother’s day !


Dimanche 27 mai, 5h30. Le réveil sonne. État d’excitation maximal s’il peut en être à une heure aussi matinale. Contrairement aux apparences, ce n’est pas le cadeau de la fête des mamans qui me fait trépigner d’impatience mais la perspective de passer la prochaine nuit non à Oullins les bains mais à New York City. Oui, alors, je vous entends déjà crier au scandale : « La Mère Indigne qui se casse en voyage outre-Atlantique, pile poil le jour de la fête des mères ». Ouais… À ceci près, que chez nous, la fête des mère c’est pas rarement une réussite.

 

2015
La première année, mon amoureux avait peint les pieds de mon fils en bleu schtroumpf et tenté de le faire marcher sur une feuille Canson. Ce qui c’était naturellement soldé par un échec cuisant : je m’étais retrouvée avec une espèce de poster affreusement moche. Ouf que j’avais pu lui rendre la pareille quelques temps plus tard en préparant son cadeau de la fête des pères. Faire un atelier pâte à sel avec un gosse de 8 mois ayant un sens artistique aussi développé que le mien était une brillante idée pour une vengeance exemplaire : le Rat et moi avions gagné haut la main au jeu du cadeau le plus pourri!

 

2016
La 2e année, nous étions en plein travaux. Enfin « Nous »… disons plutôt « Il » . Mon amoureux était en plein travaux. Nous venions d’acquérir deux semaines plus tôt, la maison dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Mon amoureux disposait de moins de 3 mois pour la refaire de fond en combles. Très honnêtement, je n’ai aucun souvenir de cette fête des mères. Et pour cause, je crois qu’il n’y a rien eu de spécial si ce n’est un dimanche pluvieux passé dans ma Mimi cracra avec mon Ratà l’arrière, à faire des allers-retours entre Gorge de Loup et Oullins pour apporter du soutien, du scotch, un marteau ou une massue et constaté l’étendue des dégâts ou l’ampleur de notre folie d’avoir acquis un tel bien en pensant le rendre habitable un jour !

 

2017
L’année suivante, une fois installés dans notre bicoque finalement pas si mal, nous avions décidé de faire un barbecue pour l’occasion. Je suis donc partie chercher le pain avec Babin et Méo. L’un a pris sa trottinette donc l’autre forcément a voulu prendre sa draisienne. Le premier est parti à fond la caisse dans la descente, donc l’autre, de 6 ans son cadet a voulu faire de même. Inévitablement, Meo s’est lamentablement crashé la tronche avant même d’atteindre le 1er numéro de notre rue. Le périple du pain a donc pris fin 3 minutes après avoir passé le portail de la maison et nous avons terminé dans la salle de bain d’un voisin charitable qui avait ramassé et embarqué mon fils en sang chez lui quand je me trouvais totalement tétanisée. Cette 3e fête des mères s’est déroulée à la maison médicale de Tassin après un BBQ écourté et savouré sans pain.

 

2018
Après tant de révélation, disons-le : il valait bien mieux prendre l’avion pour cette 3e fête des mamans plutôt que se heurter à une nouvelle catastrophe. Ceci étant, j’avoue avoir eu un pincement au cœur en imaginant que mon Rat n’allait pas pouvoir me donner super cadeau le jour J. Puis une copine m’a dit sagement « tu crois vraiment qu’il va voir la différence s’il te le donne la veille ? ». Qu’à cela ne tienne ! De toute façon dès 10h du matin le samedi, le Rat ne tenait plus et voulait me donner son joli porte clé pompon. Pour me donner meilleure conscience, je l’ai immédiatement mis sur mon trousseau. La semaine suivante, à mon retour de NYC, quand j’ai vu le nombre de mamans qui avait fait la même chose je me suis dit qu’on était un paquet à avoir quelque chose à se reprocher! Hier mon super porte-clé a voulu rendu l’âme. Croyez le ou non, j’ai cherché pendant une heure un pauvre anneau susceptible de le sauver. Une manière certainement, de me déculpabiliser de l’affront fait à mon fils et de saluer au passage; l’effort de la maîtresse qui m’a épargnée, cette année au moins, du tristement célèbre collier de pâtes.

 

 

 

 

illustration Camille Skrzynski 

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

New Me

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories