Have a breakHave a breakHave a break

Have a break


Trois semaines à jouer les monos de colo à Montréal puis une passée au bureau par 40° dans une ville déserte ou presque, nous ont donné de nouvelles envies d’évasion ! Nous avons profité de n’avoir aucun enfant dans les pattes, pour convoler en amoureux vers L’Ermitage, pour notre break annuel, notre week end rituel, notre traditionnelle parenthèse en duo. Comme chaque année depuis 3 ans, nous nous sommes évadés 27 heures chrono dans ce petit coin de paradis, à seulement 30 minutes de chez nous…

 

Notre retraite au Mont Cindre

Ce serait mentir de dire que nous avons opté pour ce lieu dans la volonté de vivre reclus du monde en vue de savourer une expérience spirituelle dans le recueillement le plus total. Non, honnêtement, ce sont des arguments beaucoup plus terre à terre qui nous ont poussés franchir les portes de l’Ermitage pour la première fois. La vue imprenable sur Lyon, la tranquillité promise, la piscine et la « cuisine à manger », étaient des arguments bien plus séduisants que n’importe quelle quête de retraite hors du temps. Immanquablement, depuis 3 ans, chacune de nos venues se solde par l’envie de prolonger le séjour et le vœu de revenir l’année suivante… Dis l’Ermitage, c’est quoi ton secret ?

 

Moi aussi, je veux devenir moine

Dixit le site internet, L’hôtel a souhaité envisager ses 26 chambres comme des « cellules d’anachorètes ». Ah ! La magie de la comm… Je n’ai jamais été moine, ni dans cette vie, ni dans une autre, mais j’ose imaginer que les conditions de vie des ermites étaient à l’époque, nettement moins confortables que celles que nous avons découvertes à notre arrivée. Un lit de géant aux draps blancs immaculés, des chaises Knoll Tulip à 1 500 euros pièce, une vue à couper le souffle, la clim pour des nuits fraîches… Hormis les murs en béton et les matériaux bruts, ici rien ne semble être un appel à l’ascétisme monacal … Idem pour la restauration. Seul le concept de menu unique et surprise (pour l’entrée et le dessert uniquement) peut laisser à penser, qu’ici, on ne décide pas de tout. Mais comme l’on s’enquiert au préalable de connaitre ce qui vous plait et vous déplait, l’autorité en prend un coup. Aussi, si vous n’aimez pas le fromage, que vous êtes allergique au gluten ou que vous avez décidé de vous lever vegan ce matin, pas de souci, le menu se fera en conséquence… on a connu des conditions de détention plus rudes.

Je vous fais grâce de la zone spa avec sa piscine, son jacuzzi et sa douche sensorielle aux mille senteurs. Je vous épargne le détail de la nouvelle formule gargantuesque du petit déjeuner avec son jus d’orange fraichement pressé, sa pâte à tartiner maison à tomber, ses gâteaux cuits du matin, sa multitude de pains et de viennoiseries, ses fruits frais, ses fruits secs, ses mini crêpes et autres délicieux pancakes…

 

Même le moins bien est mieux lorsque …

Alors oui, nous avons eu aussi quelques déceptions. C’est le problème quand on vient chaque année. On se souvient beaucoup du très bien, moins du moins bien et on attend toujours plus de notre nouvelle venue.

Ainsi, cette année, notre chambre était moins spacieuse que celle de l’année dernière (nous étions loin de la cage à poule, mais quand même). À notre arrivée, les quelques chaises et transat (Fermob, s’il vous plait) étaient tous occupés. La douche sensorielle semblait connaître quelques défaillances. Les frigidaires vintage en libre service ne proposaient que de l’eau plate quand les années précédentes, ils regorgeaient de softs en tout genre. (moi, je n’aime pas les sodas donc la nouvelle donne ne m’a pas vraiment chamboulée, mais c’était chouette que toutes ces boissons soient mises à disposition, à toute heure du jour et de la nuit.. bref). Enfin, les tarifs avaient augmentés de 10 % en un an… Bout à bout, ça fait beaucoup.

Fort heureusement, à la tête de l’Ermitage, il y a un responsable fort sympathique, fort à l’écoute, fort accessible et avec lequel nous avions déjà fort échangé l’an dernier. Il n’a rien pu faire pour le monde autour de la piscine mais nous avons constaté que, contrairement à nous, les autres clients de l’hôtel ne venaient pas uniquement pour s’offrir une parenthèse et se faire dorer la pilule. Qu’ils devaient aussi en profiter pour voir du pays et que du coup, ils ne squattaient pas la piscine toute la sainte journée. Concernant les frigidaires, il n’a pas fait de commentaires, mais j’imagine que les abus étaient trop abusés. À un moment, il a fallu sévir et punir tout le monde pour des actes inciviques isolés mais trop conséquents. (Ainsi, la vie monacale repris ses droits et tout le monde fut à l’eau).

Il nous a remercié pour l’information sur la douche sensorielle, a fait remettre un bidon tout neuf de sent-bon et nous a invité à rester la journée pour en profiter.

Concernant les chambres, il y en a 3 qui sont plus exigües que les autres. Pour info, l’une d’entre elle est la 22 !

Pour les tarifs, il a acquiescé sur le fait que les séjours avaient augmenté mais uniquement à certaines dates. Nous serions venus une semaine plus tard, nous aurions eu droit aux mêmes prix qu’avant. Prix qu’il a eu la gentillesse de nous accorder à notre départ de l’hôtel. Suffisamment commerçant pour être signalé et nous donner envie de revenir l’année prochaine. D’autant qu’il nous a été confié que de nouvelles nouveautés se profilaient, en cuisine et ailleurs ! Vivement l’été prochain qu’on enfile de nouveau notre bure de moine…

 

La colline qui prie a elle aussi son hôtel favori

Dans le même genre il y a aussi le Fourvière Hôtel, le dernier né de la maison qui a ouvert ses portes en 2016. C’est apparemment, très joli et vraiment dépaysant, alors même qu’on se trouve en plein centre de Lyon. On avoue volontiers être fidèle à l’Ermitage et d’autant plus en été pour tout ce que le site offre. Ceci étant, pas dit que nous ne craquions pas cet hiver pour découvrir les lieux et nous offrir une nouvelle escapade, à deux pas de chez nous.

 

Et pour les studieux, les nostalgiques et les touristes

Situé au cœur du Vieux Lyon, le Collège Hôtel est peut être moins apprécié des Lyonnais en quête d’une parenthèse en duo. Ceci étant, le premier né de la « chaîne », reste à découvrir pour son décor qui rend hommage à nos souvenirs d’enfants. Ses 4 étoiles marient élégamment design et nostalgie. Sa situation géographique et ses prestations sont certainement très appréciées des entreprises en quête d’un lieu pas comme les autres pour leurs séminaires et autres événements.

 

(Photos @ermitage-hotel)
Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

LA CHUTE

Gynéco Party

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories