J-10

J-10


Qui me connaît ne serait-ce qu’un peu connaît mon aversion pour Noël… Pourquoi cette répulsion? Très franchement, je ne saurais répondre. Non, je ne suis pas un effet de mode qui me tient depuis plus de 10 ans. Non, je n’ai pas eu de mauvaises expériences avec le Père-Noël. Non, je n’ai pas des envies de meurtres à chaque fois que j’entends Tino Rossi pousser la chansonnette. Je vais même vous dire mieux : j’adore le foie gras, la bûche, les dindes aux marrons. J’adore les cadeaux, les papillotes et les réunions de famille. Mais pétard Noël, chaque année, c’est au-dessus de mes forces. Chaque année, c’est la corvée, la plaie, le plomb…

 

La quête d’explication
Peut être est-ce parce que ça réunit trop de trucs que j’aime finalement et que ca finit par me gâcher le plaisir. Non, je crois plutôt que c’est parce que les sapins décorés c’est vraiment trop moche et que je ne me ferai jamais à l’idée de voir tant de trucs scintillés sur un arbre crevé. Ou parce que je déteste l’hiver, la neige et le froid et que Noël ça réunit souvent ces trois éléments. Ou parce que je garde un goût bizarre de cette fête car il y a quelques années encore à Noël, je n’étais ni avec mon frère qui habitait à Paris et ne redescendait pas pour l’occasion, ni avec mes parents qui partaient dans le midi. Du coup, même si je ne passais pas le 25 décembre comme une pauvrette dans un appartement glacial mais autour d’une bonne table avec mes grands parents, mon oncle et ma tante, je ne me sentais vraiment pas dans un journée très traditionnelle.

 

Opération « rabat ta joie »…
Ceci dit, aujourd’hui j’aime toujours pas Noël alors que tout est revenu à la normale. Mon frère et sa famille sont à Lyon. Mes parents restent avec nous pour les fêtes. Ma belle famille, un peu éparpillée est avec nous chaque année. On reçoit à domicile. Et on a même une maison avec des enfants dedans qui trépignent d’impatience devant notre sapin tout moche que je tolère 15 jours sous notre véranda toute aussi vilaine …. Malgré ça, définitivement, j’aime toujours pas Noël … Ma seule satisfaction en général, c’est de me dire le 25 au soir, une fois la porte fermée, les emballages cadeaux jetés, la vaisselle faite et rangée, que ça y est : on a 365 jours devant nous avant de remettre le couvert ! Je dois bien admettre que très rapidement, je me refais le film de la journée et en général je me dis que c’était top, que le gueuleton était réussi, le vin apprécié, les cadeaux bien trouvés… Ceci étant, l’année dernière mon bilan a été légèrement différent à cause d’une gastro intempestive gentiment refilée par mon amoureux, qui, vous le croirez ou non, a choisi de se déclarer précisément au moment où je sortais le rôti en croûte de son four. J’ai donc passé Noël au lit, sans voir la couleur de ce que j’avais préparé et de ce qui nous avait été apporté, à attendre sagement le départ de mes invités pour pouvoir aller vomir en paix… glam, hein ?

Quelque chose me laisse pressentir que le même scénario se trame quand je vois depuis quelques jours mon amoureux se tordre de douleur à cause de maux de ventre… j’ai beau essayé d’installer un périmètre réglementaire de sécurité et de me passer les mains au gel hydro alcoolique 20 fois par jour, je crains d’avoir une sensation de déjà-vu à la fin de semaine prochaine. Ce qui n’aide pas du tout à envisager sereinement les festivités !

 

Attention spoiler !
Le moins pire cette année, c’est qu’on aura assuré en termes de cadeaux. Je crois qu’au 1er décembre tout était bouclé. Le truc de fou qui ne nous était jamais arrivé. En général, on est comme tout le monde : le 23 au soir on en est encore à courir les magasins et faire la listes de cadeaux qui manquent. Là, pas du tout, on a aussi fait comme tout le monde et on s’est dit que le black Friday était une belle invention pour forcer les gens à s’organiser. On a foncé dans les magasins, surfé sur le net, acheté tout et n’importe quoi en croyant faire des affaires alors que pas du tout et on a réglé pas mal de nos soucis ce jour-là. Bref, on a été hyper malins ! N’en reste pas moins qu’il va falloir se mettre maintenant en quête d’idées pour nourrir tout ce petit monde qui va aller et venir dans notre maison sous peu. N’en reste pas moins non plus qu’avant ça, on va se rendre chez le pépiniériste pour acheter notre arbre mort et le décorer de jolies boules et de magnifiques guirlandes. Que ça va faire la joie des enfants ce week end, avant qu’ils se rendent compte, comme chaque année, que chaque objet qu’ils accrocheront sera immédiatement décroché et remis en place par leur père qui déteste que le sapin soit décoré n’importe comment… Pfff, ça m’énerve tellement ces gens qui gâchent le plaisir des autres et n’ont pas le sens de la magie de Noël… ! 🙂

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

LA CHUTE

Gynéco Party

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories