J-3


On a à peine eu le temps de digérer le foie gras du 24, la dinde aux marrons du 25 et la beuverie improvisée du 27, qu’il faut envisager la murge du 31. C’est pas une vie ce mois de décembre ! Cette année, nous avons les 3 lardons pour le réveillon du jour de l’an. Du coup, on a décidé de la jouer soft (comme si les années où on ne les avait pas, on se mettait sur le toit et qu’on rentrait à 5h du mat après avoir écumé tous les bars de la ville … bref). Disons alors, que nous allons la jouer encore plus soft que d’habitude. À domicile. En comité restreint. Juste nous 5 et un couple d’amis. Qui a lui aussi 3 enfants. Dont 2 minis lions. Avec nos 2 gorilles, l’effectif du zoo va s’élever à 4, auquel il faut encore ajouter 2 ados. Finalement, présenté comme ça, je crois que nous avons été suicidaires de prévoir un truc pareil. Le pire, c’est que non contente de terminer l’année dans une ambiance à la croisée entre une sortie de classe et l’effervescence d’une MJC un mercredi après-midi, , il va falloir passer le 1er jour de 2018 à nettoyer, balayer, astiquer… Pas dit que ce soit fait en chantant.

 

OUF QUE …
Ce qui peut sauver le coup, c’est que la fille de notre couple d’amis, est comme moi… en version pire. Entendez par là qu’elle fait aussi partie de ces gens qui se dorment dessus passé 21h. Forcément pour certains, ça complique les festivités un soir du jour de l’an. Mais pas pour moi. Aussi, avons-nous été prévenus : ils n’attendraient peut-être pas les 12 coups de minuit pour partir. À bon entendeur ! Reste que les gosses vont tirer la tronche si on les prive de cette soirée. Aussi, voici mon stratagème pour les enfumer sans se heurter aux affreux caprices : faire venir nos convives tôt, prévoir peu à manger (du bourratif mais en petite quantité) et avancer toutes les pendules de la maison d’une heure pour qu’à 23 h pétantes, on puisse leur faire croire qu’il est l’heure de se dire bonne année et bientôt bonne nuit. Après la traditionnelle coupette de champ’, notre copine appellera maintes fois son ado qui fera celle qui ne l’a pas entendue, courra après ses 2 minis lions surexcités qui ne voudront pas s’habiller et préfèreront galoper dans toute la maison plutôt que d’envisager obéir… Mais une fois qu’elle les aura tous capturés et emmaillotés, son amoureux s’extirpera du canapé, enfilera son manteau et ramènera sa petite troupe à demeure. Heure prévisionnelle du départ : 23h30. Parfaitement parfait !

 

DEVINEZ QUOI … J’AIME PAS LES RÉVEILLONS !
Pour de vrai, c’est pas pour faire le schtroumpf grognon qui n’aime ni Noël, ni les restos dégueu, ni les réformes de l’éducation nationale, mais franchement, j’aime pas le réveillon du jour de l’an. Ni le jour de l’an tout court d’ailleurs. Ça m’angoisse ces passages d’une année à l’autre. Je trouve ça terrifiant de vivre dans une même soirée la fin d’un cycle auquel bon an mal an, on avait fini par s’habituer et d’être immédiatement jeté dans un nouveau complètement inconnu. Cette fin brutale pour ce nouveau début m’effraie à chaque fois. Et puis, j’ai toujours peur qu’une nouvelle année arrive avec son lot de trucs atroces, prêt à me tomber dessus. J’ai d’autant plus peur que, dans la vraie vie, j’ai malgré tout pas mal été épargnée. Et du coup, immanquablement, au 12e coup de minuit, je me dis : « ça y est, cette année, c’est obligé, il va t’arriver la grosse grosse catastrophe… » Allez faire une bise enjouée à l’assemblée, après des pensées comme celles-là! Pour peu que ce soit un soir où j’ai l’alcool cafard, c’est plutôt des coups à me retrouver enfermée dans les toilettes, roulée en boule à pleurer en imaginant tous les malheurs potentiels qui m’attendent! C’est tout le problème quand on a une vie plutôt jolie. On a toujours la crainte qu’elle le devienne moins. Faudra que j’en touche deux mots à mon psy…

 

JE SUIS AIGRIE, TU ES AIGRIE, ELLE EST AIGRIE …
Ceci étant, la détresse cède rapidement sa place à l’exaspération. Parce qu’après le 1er janvier, vient le 2. Le jour du retour au travail ! Celui où tu te dois d’arriver la mine enjouée et de souhaiter « plein de bonnes choses » à plein de gens que tu connais à peine. Celui où non seulement tu vas devoir embrasser tout un tas de personnes que tu prends soin de ne pas embrasser d’ordinaire, mais celui où, du coup, tu vas te ramasser plus de microbes que ton gel hydro alcoolique ne pourra jamais en éliminer. Celui aussi où tu recevras tout un tas de cartes de vœux bien moches et que tu ne pourras même rien dire parce que, cette année encore, t’as pas été foutue d’en envoyer une ! Celui où tu diras très vite : « Ptain vivement ce week end ! » avant de te souvenir que ledit week end, c’est aussi le 1er dimanche de janvier et donc que c’est Galette Party !! Autrement dit, après ta semaine de reprise, tu vas être bonne pour passer de maisons en maisons, te mettre de la frangipane plein la panse, rentrer chez toi le dimanche à 20h avant de te rappeler qu’il faut encore préparer le cartable des gosses parce que demain, c’est la rentrée.

En somme, avant d’apporter son potentiel lot de trucs atroces, la nouvelle année rapporte d’abord le lot de trucs bien relous que tu trainais déjà en 2017 … Tout ça pour ça.

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

New Me

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories