San Francisco, prépare-toi!

San Francisco, prépare-toi!


Depuis notre family trip à Montreal, nous n’avons qu’une idée en tête : renouveler l’expérience. Mon amoureux et moi avons depuis, des envies de San Francisco. Oui, nous rêvons des rues pentues aux maisons colorées, du rouge du Golden Gate Bridge, de la vie hippie chic made in Frisco. Nous avons partagé cette idée avec les enfants … qui évidemment on trouvé ça nul. Eux, rêvent de voir la colline d’Hollywood, de marcher sur la Walk of Fame et de prendre l’apéro au bord de la piscine de Beyoncé, Shakira, Kim Kardashian ou  peu importe ! À ce niveau même Jean-Claude Van Damme ferait l’affaire ! Vous me direz, quitte à être en Californie autant en profiter pour faire la tournée des grands ducs. Sauf que je n’ai pas du tout envie de passer mes vacances à faire et défaire des valises, à me battre avec le GPS pour retrouver le pauvre Motel réservé sur le tracé de la Highway 1 qui ne se trouvera forcément pas là ou je l’attendais, à me soucier du doudou de l’un, de la tablette de l’autre et de l’album Pokémon du 3e. Évidemment, quand on est comme mon amoureux et moi, on envisage mal le séjour en camping-car. C’est un tort, en effet, car ça pourrait nous éviter pas mal de déconvenues mais ça ne manquerait pas d’en créer d’autres, peut-être des pires… voire des carrément irréversibles. Aussi sommes-nous dans l’impasse sur le tracé du voyage. Mais il n’y a pas que le lieu qui pose problème. Il y a tout le reste.

 

LE NERF DE LA GUERRE

Le budget d’abord. Il n’y a pas un bloggeur qui ne dise pas de la Californie qu’elle coûte une blinde ! Ceci dit, j’ai pu m’en rendre compte assez rapidement. Prise d’une folle envie d’évasion, je me suis mise à regarder les locations sur ce bon vieux site AirBandB. J’ai rapidement déchanté en voyant que le prix moyen d’une nuit à SF pour loger une famille de 5, était, accrochez-vous bien, de 661 euros. Oui, c’est cher ! Surtout quand on compte y passer plus qu’un week end. Car, quitte à se taper 9 h de décalage, autant essayer de se remettre du jet lag avant de faire chemin retour. Évidemment, il semble y avoir moins onéreux. Mais, à savoir quand même, à SF, pour 300 balles la nuit (hors les taxes du site et celle de la ville…), tu dois prévoir de mettre l’un de tes gosses à dormir sur un matelas gonflable (opération tirage à la courte paille en cours). Merci donc de prévoir 6 000 balles de budget pour être logé 15 jours! Euh… On ne nous prendrait pas un peu pour des cons ?

Mon amoureux m’a donc suggéré de regarder les hôtels, des fois que… Docile, je me suis exécutée. Ah bah, entre ceux qui étaient à 800 km du centre-ville et ceux bien placés qui réussissaient à me faire un tarif famille nombreuse à 261 789 euros, je ne me suis pas éreintée à la tâche bien longtemps !

Puis j’ai reçu une lumineuse idée de mon amie d’enfance, adepte du couch surfing (oui, on peut avoir de très bonnes et très vieilles amies, en être très proche depuis toujours et s’en sentir à des années lumières sur certains sujets… ça n’enlève rien au reste <3 ). Elle m’a soufflé l’idée de procéder à l’échange de maison (À des années lumières, bis). Alors c’est sûr que, qui connaît notre bicoque à Oullins nous dira qu’il est ambitieux d’imaginer l’échanger contre une maison en plein centre de SF. Certes. N’empêche que ce coté gitan-bucolique surplombant les cheminées de Feyzin peut s’avérer parfaitement dépaysant voir limite Boboïsant pour un Ricain, non ? N’en reste pas moins que je ne suis pas sure d’être prête à laisser mes effets personnels entre les mains de gens que je ne connais pas. Avec ma chance, on serait fichu de tomber sur une famille nombreuse avec plein de trublions ! Ceci étant, je garde l’idée en tête si jamais j’en venais à ne pas être milliardaire d’ici l’année prochaine. Ça peut servir.

 

JE VEUX DU SOLEIL !
Le 2e truc qui cloche, c’est manifestement la météo ! Alors qu’on nous vend la Californie comme THE spot où il fait toujours doux et bon vivre, et il semblerait qu’en fait, non ! En tout cas pas à San Francisco. En juillet-août, visiblement, tu te pèles le matin en attendant le soleil et le soir, dès qu’il s’est tiré. Je passe le vent qui, au vu des photos postées par les familles en road trip, semble pour le moins…vivifiant. J’ai quand même lu plusieurs article d’une maman qui disait devoir emmitoufler ses gosses dans leurs pulls la nuit (car non, là bas, les gens n’ont apparemment pas de couettes) et ne pas avoir quitté sa mini doudoune du séjour. Ah. Donc en plus de te foutre financièrement à poil, cette histoire ne te permettra visiblement pas de te promener en Boom Boom short et de te faire bronzette la gambette. Parfait.

 

GOOGLE = GROS MENTEUR !
Le plus beau quand même, c’est ce fichu Golden Gate Bridge. Alors, oui, si tu es né dans les années 70 tu as un vague souvenir de cette série qui, dans son générique, te montrait le pont sous la brume, mais comme tu es plutôt de la génération Google (oui, parfaitement!), tu te fies bêtement à ce que l’onglet « Images » veut bien te révéler. Et note qu’il faut attendre au moins le 100e résultat pour apercevoir un ptit nuage au-dessus du pont, alors que t’as des dizaines de personnes qui te disent qu’il leur a fallu s’y prendre un paquet de fois avant de shooter le pont et de le voir apparaître sur l’image tant la brume dominait.

Loin de me dissuader de partir, les mésaventures de ces gens me permettent plutôt de mieux me projeter dans le voyage. Une fois que tu sais les potentielles déconvenues qui t’attendent, tu essaies de les parer et tu pries tous les cieux de ne pas en connaître d’autres… ce qui évidemment n’arrivera pas, faut pas rêver, encore moins quand on connaît notre chance légendaire. Ceci étant, j’avoue que l’idée des enfants de prolonger le voyage jusqu’à L.A fait doucement son chemin dans ma petite tête. Manifestement, c’est canon. Pas moins cher (c’est con), mais canon. Et il y fait chaud. En plus avec un peu de chance, on y croisera de la star, de la célébrité, du people ! N’en reste pas moins que ce voyage, il va falloir le financer. Malheureusement, l’euro million c’est trop aléatoire et feu la roue du Millionnaire. Dommage parce que je comptais bien sur un coup de pouce et un petit peu de chance pour financer le voyage … et étrangement, je ne pense pas que la vente imminente de notre Mimi Cracra, si vintage soit elle, suffise. La question est :  me livrer au : « OK, les enfants, on passera par L.A mais on casse vos plans épargne logement pour s’y rendre» ferait de moi une (belle-)mère(vraiment) indigne ?

 

Illustration : Péneloppe Bagieu again!

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

New Me

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories