Gynéco Party


Hier, j’avais rendez-vous chez la gynécologue. Je crois pouvoir dire qu’on le déteste toutes, ce rituel annuel. Moi la première. Je ne sais d’ailleurs pas ce qui me dépite le plus dans cette rencontre : le frottis ou la pesée…

Once upon a time
Je « fréquente » ma gynécologue depuis plus de 15 ans. Je me souviens qu’au début de notre relation, j’étais exaspérée par le retard qu’elle prenait à chacun de ses rendez-vous. Il m’est arrivée de patienter plus d’une demi-heure dans le hall de son joli cabinet fleuri. Franchement, à 25 ans déjà, ça me mettait en rogne mais je ne disais trop rien parce que 1/ Je n’osais pas. 2/ Je n’avais pas trop envie de recommencer une histoire avec une autre et me montrer sous un jour qui ne m’a jamais bien mise à l’aise. 3/ Il y a 10 ans, les gynéco qui prenaient de nouvelles patientes ne couraient déjà pas les rues. 4/ 30 minutes une fois par an, c’était pas non plus le bout du monde. 5/ Je l’ai toujours bien aimée ma gynéco. Elle est en retard, mais elle est cool. Elle te palpe les seins en te racontant le dernier resto dans lequel elle a diné. Elle te pose des questions sans rapport avec ce qu’elle est en train de trifouiller en toi. Bref, elle fait diversion, et ça me va bien. En plus en 15 minutes, c’est plié. Ça me coute 70 balles, mais bon, en général, je ne demande pas à rester plus longtemps dans son cabinet pour rentabiliser ma visite.

Évidemment, c’est elle qui m’a suivie pendant ma grossesse. Des futures mères complètement névrosées, elle a dû en voir passer plus d’une avant moi. Aussi, quand je me suis inquiétée d’une surcharge pondérale, elle a eu un petit haussement d’épaule et m’a simplement conseillé de diviser mon nombre de desserts par deux. La visite suivante, en revanche, si je suis honnête, je dirais qu’elle me l’a plutôt ordonné. Comme quoi, elle peut avoir un côté un peu autoritaire sous ses airs désinvoltes. Mais ce n’est pas grave. Je l’aime toujours bien. En plus, c’est une jolie femme. Elle est grande, mince, blonde. Elle est chic quand elle enlève sa blouse blanche et ses tong Havaianas. Elle est toujours élégante quand je la croise dans la rue et qu’elle ne me reconnait pas. C’est ma vie ça : ne laisser aucun souvenir impérissable à ceux que je côtoie une fois l’an. Je ne lui en veux pas particulièrement, même si des fois, je me sens un peu comme Paul Mirabel avant qu’il ne soit connu : absolument insignifiante dans ce bas monde.
Bref, toujours est-il que lorsqu’elle a vu le sexe de mon bébé sur sa machine, mon amoureux n’était pas avec moi. Pour qu’on le découvre ensemble, elle a noté « garçon » sur un post-it sponsorisé par Blédilait. J’ai trouvé ça chou.

Time is flying
Le temps a passé et dix ans plus tard, ma gynéco préférée est sur le point de prendre la quille. Elle n’a pas eu besoin de me le dire pour que je le comprenne : j’ai un RDV sous deux jours quand il m’en fallait 8000 avant pour en décrocher un et je n’ai même pas le temps de franchir sa porte, que je me retrouve déjà dans son bureau. Ça sent les 172 trimestres à plein nez en somme.
Hier donc, je me présente au cabinet. Elle m’accueille avec un petit compliment sur ma jolie veste « chanelisante » comme elle dit. À savoir : ma gynéco œuvre dans le 6e arrondissement de Lyon. En d’autres termes, des vestes chanelisantes pour de vrai, elle a dû en voir autant que… des commerciaux pour Blédilait. Je casse direct le mythe en lui avouant que c’est une Mango, dégotée à 30 balles lors des dernières soldes. Pour elle, c’est encore mieux, on dirait. Elle n’est pas bling-bling ma gynéco. C’est aussi pour ça que je l’aime bien. Bref, les banalités d’usage passées, elle m’invite à me déshabiller et à me peser. Je ne suis pas ultra sereine, mais je ne suis pas non plus complètement stressée. Et pour cause : cette année, contrairement à d’habitude, la pesée d’aujourd’hui ne marquera pas le point de départ du régime « body summer ». Ce ne sera pas la claque de la fin d’hiver. Non, non ! J’ai appris de mes erreurs. Cette année, ça sera différent. Voilà plus de 3 semaines que je fais attention. Sans me nourrir exclusivement de poisson à l’eau et de légumes vapeur (tout le monde n’a pas la volonté de Posch, hein ?), je fais un peu gaffe. Disons que j’évite de m’enfiler des gâteaux au choc à chaque repas et que je bannis pendant quelques temps au moins, les pâtes à la carbonara et les gnocchis-béchamel. Pour moi, c’est déjà bien suffisant comme effort !

Me voilà donc prête à monter sur sa Bluesky digitale. Au bout de quelques secondes, je vois un chiffre que je ne suis pas censée voir, même à l’apogée de l’hiver après avoir bouloté douze tartiflettes d’affilée ! À cet instant précis, je suis au bout de ma vie. Maintenant que nous sommes suffisamment proches, elle et moi, je me permets de lui dire que c’est quand même une sacrée arnaque sa balance. La mienne affiche près de 3kg de moins. Je le sais : je me suis prêtée à l’exercice il y a 3, 10 et 17 jours et jamais ce chiffre n’est apparu !
Sans se démonter, elle me répond le plus tranquillement du monde : « Ah oui, c’est vrai qu’elle ne marche pas bien cette balance. Toutes mes patientes la détestent. Moi-même je ne me pèse jamais là-dessus ».
Cool, chou, mais avec une légère tendance au sadisme donc.
Là où elle a complètement gagné son pari, c’est que le chiffre inscrit sur sa fichue balance reste gravé dans ma tête pendant qu’elle s’adonne au frottis tant redouté et que, finalement, sans « passer crème », celui-ci ne s’avère pas si terrible.

That’s all folks
Notre rencontre s’achève. J’en remets une couche sur sa balance de merde qui m’aura fusillé la journée (et la suivante, comme on le constate). Elle conclut avec cette phrase magique : « Il vaut mieux une gynéco sympa avec une balance qui ne l’est pas que l’inverse, non ? »
J’espère sincèrement que Macron va passer la retraite des gynéco à 280 trimestres, parce que je n’en trouverai plus jamais des comme elles.

© Penélope Bagieu

Claudine

Dem facerum ipit lacil ius millict orerum aspitas conet excerspient odi quae exceperibus moles dicipiciam aut hitat !

Vous aimerez aussi...

New Me

Comments are closed here.

About me

Coups de cœur, coups de gueule, coups de chapeau, coups de mou, coups durs, coups de pouce … Ici, je parle de tout et de rien. De ce ce que j’aime, de ce que j’exècre, de ce qui me touche. De ma famille, de mon boulot, de mes états d’âme. Des livres que j’ai lus, de ceux que je ne lirai pas. Des voyages que je ferai, de ceux dont je rêverai. Et de tout le reste! Ici, c’est un joyeux bordel. Pas de ligne éditoriale. Pas de consigne. Seuls comptent le plaisir et la liberté d’écrire.

Catégories